"Construire le Grand Paris du logement" :
retour sur la troisième édition 

Mercredi 12 décembre 2018 se tenait la troisième édition du séminaire « Construire le Grand Paris du logement » organisée par Grand Paris Habitat. Réunissant près de 400 participants - élus, aménageurs, architectes, établissements publics fonciers et promoteurs - cette édition a permis de revenir sur quelques réalisations de Grand Paris Habitat, d’échanger avec les OPH et SEM des territoires dans le contexte actuel de restructuration du secteur et enfin de présenter le réseau des plateformes d’investissement qui devra connaître de premières expérimentations dès 2019.

André Yché, président du directoire de CDC Habitat, président du conseil de surveillance de Grand Paris Habitat et Julien Denormandie, ministre auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, chargé de la ville et du logement ont ouvert cette troisième édition. André Yché a présenté la feuille de route de CDC Habitat et a rappelé l’objectif de « mettre en chantier plus de 26 000 logements et d’investir 4,32 milliards d’euros en 2019 ». Julien Denormandie a insisté sur l’importance de la cohésion des territoires qui « est au cœur de l’action du gouvernement ; des outils ont été créés afin d’aider les professionnels à innover pour atteindre leurs objectifs ». En conclusion de son intervention, le ministre a énuméré les différents chantiers en cours et à poursuivre pour les mois à venir comme « la rénovation énergétique des bâtiments, la fluidité et la qualité de gestion des logements, le démembrement en vue de diminuer la part de foncier dans les projets, la lutte contre l’exclusion et enfin les copropriétés dégradées ».

 

 

 

Grand Paris Habitat, des paroles aux actes

 

Réunissant plusieurs collaborateurs de Grand Paris Habitat, cette séquence avait pour but d’échanger sur quelques offres et réalisations majeures du GIE : la rénovation urbaine, les copropriétés dégradées, le logement intermédiaire, le logement pour séniors et l’innovation.

Christophe Chanu, membre du directoire, directeur de la maîtrise d’ouvrage de Grand Paris Habitat, est revenu sur le rôle majeur joué par CDC Habitat dans l’ANRU 1 et sur ses ambitions pour le NPNRU. Ainsi, Christophe Chanu a expliqué qu’en 2019 « Grand Paris Habitat signera une quinzaine de conventions ANRU, représentant un millier de démolitions et autant de reconstructions, près de 4 000 réhabilitations et résidentialisations et un investissement du groupe CDC Habitat de plus de quatre cent millions d’euros". Christophe Chanu tout en soulignant la nécessaire capitalisation sur les enseignements et savoir-faire acquis de l’ANRU 1, a tenu à rappeler les facteurs de réussite des projets passés et à venir : « la qualité des échanges entretenus avec les collectivités locales, les compétences des collaborateurs de Grand Paris Habitat et le professionnalisme et la qualité de l’écoute de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine avec qui les échanges sont réguliers". 


Aurélien Souchet, responsable de projets sociaux à OSICA, a quant à lui évoqué les objectifs et les lignes directrices de CDC Habitat sur les copropriétés dégradées : « CDC Habitat, à la demande des collectivités locales, intervient sur quelques copropriétés en difficultés, en complément des dispositifs publics, type OPAH ou plan de sauvegarde ». Ces opérations de portage ciblé consistent en le rachat de quelques logements (10% de la résidence environ) pour redresser les finances de la copropriété ou faciliter la réalisation de travaux de rénovation. Pour ce faire, « CDC Habitat se rapproche des copropriétaires les plus endettés pour racheter leurs biens et leur proposer une solution de relogement lorsqu'ils occupent leur logement ».
Par ailleurs, en octobre dernier, le gouvernement a lancé son plan « Initiative copropriétés » qui vise à redresser près de 700 immeubles dégradés sur 10 ans. CDC Habitat y contribue en lançant début d’année prochaine une filiale « Copropriétés dégradées » ayant pour objectif de racheter environ 5 000 logements dans les copropriétés les plus en difficultés. « Un engagement décisif car, à ce jour, il n’existe pas d’opérateur immobilier national pour traiter ces problématiques », a conclu Aurélien Souchet.


Zahir Arroudj, directeur du logement intermédiaire de Grand Paris Habitat a présenté ce produit qui répond aux besoins des classes moyennes ayant des difficultés à se loger sur le marché libre.
Avec le plan de relance du logement intermédiaire lancé en 2014, CDC Habitat avait pour objectif de produire, d’ici 2019, 35 000 logements dont près de 12 000 en Île-de-France. A ce jour, environ 9 000 logements ont été commandés c’est-à-dire que « les ¾ de l’objectif ont été atteints », se félicite Zahir Arroudj. Il a également insisté sur l’importance des « partenariats avec les promoteurs, les aménageurs et les collectivités locales afin de favoriser le développement de ce produit sur les territoires ». La commercialisation des logements intermédiaires s’appuie sur la marque Vivelli, structure gérée par CDC Habitat mais également sur des partenariats grands comptes publics et privés.


La quatrième intervention portait sur le logement social pour sniors. Marie-Ange Millot, directrice de la production VEFA de Grand Paris Habitat, a notamment présenté les deux produits principaux de CDC Habitat en la matière : les résidences intergénérationnelles, regroupant un tiers de familles, un tiers de jeunes actifs et un tiers de seniors , et les résidences seniors, permettant aux plus de 60 ans de maintenir leur autonomie et de vivre dans un environnement sécurisé. « Cinq résidences séniors devront être livrées en 2019, d’une centaine de logements chacune, et trois autres opérations sont en cours d’étude », a expliqué Marie-Ange Millot. « Ces résidences disposent d’équipements adaptés : salle commune avec un espace cuisine et un espace d’activités, présence d’un régisseur pour la mise en place d’animations, cour intérieure entourée d’un jardin d’eau, d’un jardin potager et d’un boulodrome. Les appartements quant à eux sont conçus et aménagés pour le confort des séniors : ils disposent par exemple d’un sol antidérapant dans les pièces humides, de volets roulants électriques, d’une porte palière anti-effraction, d’une douche extra-plate avec barre de maintien et d’un siège rabattable, etc. ».
Marie-Ange Millot a rappelé au cours de cette séquence le partenariat signé par Grand Paris Habitat avec Les Villages d’Or, spécialiste des résidences pour séniors. En octobre dernier, ce partenariat a été élargi à l’échelle nationale avec pour objectif de loger, d’ici cinq ans, plus de 3 500 séniors, avec des loyers adaptés à leurs ressources.


Pour la dernière intervention, Stéphane Bouafia, directeur de programmes à Grand Paris Habitat, est revenu sur les nouveaux usages immobiliers et les innovations, tant en termes de procédés constructifs que d’usages et de services pour répondre aux besoins et attentes croissantes des habitants. Face à ces impératifs, l’offre de services de Grand Paris Habitat s’adapte. « Nous œuvrons avec nos partenaires pour construire une ville durable, résiliente et inclusive. La réponse à des appels à projets innovants ou les travaux dans le cadre des JOP 2024 ont permis d’alimenter la réflexion et de mettre en place des groupes de travail qui portent par exemple sur le bien-vivre ensemble, l’évolutivité, le partage d’espaces, la densification ou l’efficacité énergétique ». Pour illustrer son propos, Stéphane Bouafia a conclu par l’énumération de plusieurs projets innovants, livrés ou en cours et par la présentation d’une opération emblématique de reconversion d’anciens bureaux en logements, dans Paris intramuros.

De gauche à droite : Sidonie Watrigant, journaliste ; Christophe Chanu, membre du directoire, directeur de la maîtrise d'ouvrage de Grand Paris Habitat ; Zahir Arroudj, directeur du logement intermédiaire de Grand Paris Habitat ; Marie-Ange Millot, directrice de la production VEFA à Grand Paris Habitat ; Stéphane Bouafia, directeur de programmes à Grand Paris Habitat ; Aurélien Souchet, responsable de projet sociaux à CDC Habitat
©Francis Rhodes

Grand Paris Habitat, partenaire de l’ANRU

Copropriétés La Bruyère à Bondy (93)

Logements intermédiaires, opération High Park à Asnières-sur-Seine

Rencontre avec Jean-Luc Estournet, président des Villages d’Or

Projet de transformation de bureaux en logements, résidence Le Flandre

Table ronde : CDC Habitat aux côtés des Offices Publics de l’Habitat et des SEM des territoires

Loi de finances, réduction du loyer de solidarité, loi ELAN, etc., le secteur HLM est en pleine évolution. Cette table ronde réunissait des représentants de trois départements - le Val d’Oise, la Seine-Saint-Denis et les Hauts-de-Seine - mais aussi, Emmanuelle Cosse, ancienne ministre du Logement et de l’Habitat durable, Olivier Klein, maire de Clichy-sous-Bois, président de l’ANRU et Thierry Laget, directeur général adjoint en charge du développement, des ventes et du numérique de CDC Habitat. Elle avait pour but d’échanger sur les impacts des réformes en cours sur les Offices Publics de l’Habitat (OPH) et les SEM et sur les solutions que peut leur apporter CDC Habitat pour les accompagner dans ce nouveau contexte.
En Seine-Saint-Denis, l’office public « va proposer aux opérateurs sociaux qui le souhaitent de se regrouper pour mutualiser leurs compétences et de constituer une SAC – société anonyme de coordination - départementale », a expliqué Patrice Roques, directeur général de l’OPH 93. Quant à Damien Vanoverschelde, directeur général de Hauts-de-Seine Habitat, il a rappelé que le département comptait « 200 000 logements détenus par 64 organismes ». Aujourd’hui, il souhaite un modèle structuré en trois pôles, « un pôle Action Logement, un pôle CDC Habitat et un pôle des OPH qui soit aux mains des collectivités territoriales et qui se renforce par l’intermédiaire de SAC ». Il a donc pour mission de créer une société anonyme de coordination qui sera au service des élus locaux. 
Thierry Laget a présenté l’offre que CDC Habitat met à disposition des opérateurs sociaux. Tout d’abord, « via la mise en place de partenariats à la carte, centrés sur les valeurs des partenaires et répondant à leurs enjeux territoriaux propres ». Thierry Laget a également parlé d’entrée au capital (pour les sociétés capitalisées), d’appui à la constitution de SAC ou de montages innovants visant le renforcement de fonds propres. Un travail déjà engagé et qui repose par exemple sur « le soutien à la production et le partage des métiers et des compétences permis par l’adhésion à Grand Paris Habitat ».
Pour conclure cette table ronde, Emmanuelle Cosse, ancienne ministre du Logement et de l’Habitat durable a tenu à souligner que « les bailleurs sociaux jouent un rôle extrêmement important sur les territoires ». Thierry Laget a ajouté « qu’on ne peut pas développer et gérer des logements sans un lien extrêmement fort aux territoires, en tenant compte de leurs composantes sociales, urbaines, économiques et environnementales ».

De gauche à droite : Sidonie Watrigant, journaliste ; Damien Vanoverschelde, directeur général de Hauts-de-Seine Habitat ; Olivier Klein, maire de Clichy-sous-Bois, président de l'Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine ; Emmanuelle Cosse, ancienne ministre du Logement et de l'Habitat durable ; Guillaume Vuilletet, député de l'Oise, membre de la commission des lois ; Patrice Roques, directeur général de Seine-Saint-Denis Habitat ; Thierry Laget, directeur général adjoint en charge du développement, des ventes et du numérique de CDC Habitat
©Françis Rhodes

CDC Habitat aux côtés des OPH et des SEM des territoires

Table ronde : Un objectif 2019 : l'émergence d'exemples concrets de plateformes d'investissement

CDC Habitat envisage de lancer un réseau de plateformes d’investissement entre des opérateurs investisseurs d’une part, et des collectivités locales et leurs aménageurs d’autre part, « afin d’accélérer l’émergence de grandes opérations d’aménagement, en facilitant et en accélérant les calendriers des projets », a expliqué Vincent Mahé, secrétaire général de CDC Habitat, président d’Ampère Gestion.
Ces plateformes se poseront ainsi en trait d’union entre le privé et le public qui se coordonneront, au niveau local et selon des conditions précises définies pour chaque projet, pour contractualiser des programmes pluriannuels de logements, commerces, bureaux et équipements.
Yann Dubosc, maire de Bussy-Saint-Georges, président d’EPAMARNE, a souligné que les aménageurs publics avaient besoin de « partenaires sérieux et crédibles à court terme mais également à long terme pour pouvoir innover et sécuriser l’émergence de grands projets ».
Marc Bertrand, président de la Française Real Estate Managers, s'est dit intéressé par cette plateforme "puisque c'est un moyen privilégié d'accéder à une ressource de projets de qualité." Dès 2019, ce réseau prendra forme à travers la mise en place d'expérimentations sur des premiers projets concrets.

De gauche à droite : Sidonie Watrigant, journaliste ; Jean-Philippe Ruggieri, directeur général délégué de Nexity ; Yann Dubosc, maire de Bussy-Saint-Georges, président d'EPAMARNE ; Marc Bertrand, président de la Française Real Estate Managers ; Benoît Labat, directeur de la valorisation et du patrimoine de la Société du Grand Paris ; Vincent Mahé, secrétaire général de CDC Habitat, président d'AMPERE Gestion
©Francis Rhodes

Le réseau des plateformes d’investissement

Thierry Berthier, président du directoire de Grand Paris Habitat
©Francis Rhodes

En conclusion de cette matinée, Thierry Berthier, président du directoire de Grand Paris Habitat, a salué la qualité des échanges « très riches et constructifs ». Il a rappelé quelques actions qui devront guider Grand Paris Habitat dans les prochains mois et les années à venir comme « allier performance économique et utilité sociale, créer des partenariats pertinents et évolutifs dans le temps, s’emparer de la question des copropriétés dégradées ou co-développer avec les opérateurs et continuer à innover ». Comme l’a rappelé Thierry Berthier, Grand Paris Habitat  apparaît aujourd’hui comme un précurseur des réformes du secteur HLM « en mutualisant les moyens de ses adhérents au service du développement, de la maîtrise d’ouvrage et de la rénovation urbaine, en participant à l’objectif de production de logements en Île-de-France, en territorialisant  son action et en proposant des solutions à la carte pour accompagner ses partenaires du secteur HLM ».


Le séminaire était animé par Sidonie Watrigant, journaliste